Line RENAUD
Suivez Line RENAUD sur Twitter  

Actualités

Bibliographie
Biographie
Cd Dvd Livres
Cinéma
Discographie
Humanitaire
Liens
Loulou GASTE
Paroles
Photos
Presse
Revues
Télévision
Théâtre
Vidéos


Paris

E Mail

NewMarketingOnLine webdesign NMOL

 

LINE RENAUD s'est engagée dès 1985 dans la lutte contre le sida en créant notamment "l'Association des Artistes Contre le Sida".

Elle a organisé des concerts, des émissions télévisées événementielles, pour aider les scientifiques français dans leurs recherches.

Alors que Line Renaud s'investit de plus en plus dans la lutte contre le sida, en participant par exemple à l'événement Ensemble contre le sida, elle est aux cotés de Sidaction pour célébrer les dix ans de l'association, avec la sortie le 28 novembre 2004 du double album Dix ans ensemble .

 
Entretien avec Line Renaud, vice-présidente de l'association ENSEMBLE CONTRE LE SIDA.
 

Votre engagement dans la lutte contre le sida remonte au début de l'épidémie. Quelle est votre opinion sur ce qui se passe aujourd'hui en Afrique ?

Line Renaud : Je vivais aux Etats-Unis lorsque mon amie Elizabeth Taylor a mobilisé la communauté hollywoodienne autour d'un gala en faveur des victimes du sida. Lors d'un passage à Paris, j'ai été invitée sur un plateau de télévision, et l'on m'a demandé mon avis sur la question. J'ai répondu que les artistes français allaient devoir faire de même. A ma grande surprise, bon nombre d'entre eux m'ont ensuite appelée. A l'époque je ne pensais pas m'investir dans ce combat à long terme. Pourtant, près de vingt ans plus tard, je suis toujours là. Je suis un peu le bulldozer qui cherche encore et toujours de l'argent parce que l'argent est le nerf de la guerre. Les traitements actuels permettent de stabiliser la maladie dans les pays riches, mais pas dans les autres, car ils restent trop chers. L'Afrique à elle seule regroupe 70% du nombre total de malades dans le monde. Des trente millions de personnes touchées par le sida, seules trente mille prennent des médicaments contre le virus. C'est une véritable tragédie que vivent aujourd'hui les Africains.

Avez-vous eu l'occasion de vous rendre compte de la situation sur place ?

LR : Tout à fait. Je suis allée dans plusieurs pays africains et j'y ai vu des choses qui m'ont énormément touchée. La situation des enfants est dramatique. La quasi-totalité des enfants atteints du sida vit en Afrique subsaharienne. On estime à onze millions le nombre d'orphelins. Des gamins de 10 ou 11 ans se retrouvent chefs de famille. Il faut absolument que le public français prenne conscience de ce qui se passe là-bas.

D'où cette semaine de mobilisation conjointe d'ENSEMBLE CONTRE LE SIDA et France 5 pour récolter des fonds ?

LR : Oui. ENSEMBLE CONTRE LE SIDA mène des actions en Afrique depuis déjà plusieurs années. Jean-Pierre Cottet, qui est un ami de longue date, connaît bien notre travail. Très concerné par l'ampleur du désastre, il a souhaité cette collaboration et je l'en remercie. C'est très important pour nous. En Afrique, nous soutenons des programmes d'aide aux malades mis en place par des associations locales indépendantes des Etats. Il nous faut de l'argent pour poursuivre notre combat. Cet argent recueilli tout au long de la semaine sera essentiellement consacré à la formation des professionnels de santé africains, et à l'achat de médicaments antirétroviraux.

Propos recueillis par France 5, novembre 2003.

 
Les 10 ans du Sidaction : double album, concert et monde du cinéma mobilisé (AFP, 16 11 2004)
mardi 16 novembre 2004.

PARIS ( AFP ) - Créée en 1994 par Line Renaud et Pierre Bergé, l'association "Sidaction, Ensemble contre le Sida" fête ses dix ans avec un double album réalisé par Pascal Obispo, un clip mobilisant le cinéma français et un concert de solidarité au Châtelet au profit de la recherche.

"Sidaction est la seule association privée qui finance la recherche contre le Sida. L'Etat ne peut tout faire. Le nerf de la guerre, c'est l'argent. La trithérapie prolonge la vie mais on meurt toujours du Sida", a dit Line Renaud, cofondatrice de l'association, lors de la présentation mardi à Paris du double album "10 ans ensemble" (BMG), dans les bacs le 29 décembre.

Pascal Obispo, maître d'oeuvre du projet pour la quatrième fois, a mobilisé une vingtaine de chanteurs qui ont composé et interprété 18 chansons inédites, abandonnant leurs droits au profit de Sidaction.

Trois duos réunissent Pascal Obispo et Isabelle Adjani, Corneille et Youssou Ndour, Bénabar et Sanseverino. La chanson-phare, "Y'a pas un homme qui soit né pour ça", est interprétée par Florent Pagny, Calogero et Pascal Obispo.

Pour le clip, le chanteur a réuni 64 acteurs et comédiens représentant toutes les générations du cinéma dont Jean-Claude Brialy, Catherine Deneuve, Julie Depardieu et Judith Godrèche.

Présenté en présence du ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, ce clip tourné en cinq jours dans un couloir de l'hôpital Beaujon, est le fer de lance d'un nouvel appel à la générosité de "Sidaction".

Pour M. Douste-Blazy, "c'est une chance formidable de voir ainsi mobilisés autant d'artistes de toutes générations. Côté prévention, nous constatons une baisse du pavillon. Il faut vraiment communiquer pour changer cela", a ajouté le ministre qui a proposé à Pascal Obispo d'utiliser son clip dans la campagne officielle.

"Avec ce double album, nous voulons susciter plus l'échange que le don en proposant au public des chansons de qualité", a expliqué Pascal Obispo.

Line Renaud a rappelé que les précédents albums réalisés par le chanteur pour l'association ont permis de collecter plus de 14 millions d'EUROS.

"Cette année, nous soutenons 80 équipes de chercheurs et 120 associations pour la prévention et l'aide aux malades", a ajouté Line Renaud.

Pour cet anniversaire, l'association organise au Châtelet un concert le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le Sida : accompagnés par l'Orchestre de Paris, Pascal Obispo, Natasha St Pier, Calogero, Daniel Lévi et Florent Pagny chanteront leurs succès en version symphonique (réservations http://www.chatelet-theatre.com).

Du 28 novembre au 1er décembre, Sidaction s'installe au centre Pompidou pour des journées d'information. Line Renaud lancera l'opération par un lâcher de ballons sur lesquels des messages de prévention et d'espoir auront été accrochés par le public.

"Nous n'avons jamais eu envie de baisser les bras, tout simplement parce qu'on ne le peut pas", a ajouté Line Renaud, rappelant que son association propose une pétition sur son site internet pour faire de la lutte contre le Sida.

 

SIDACTION

Sidaction est une association reconnue d'utilité publique. Elle a pour mission de développer l'aide aux personnes touchées par le VIH, la prévention et la recherche sur le sida. Cette mission la place au cœur des dispositifs de la lutte contre le sida. Ainsi depuis sa création en février 1994, Sidaction a soutenu les programmes de quelques 350 équipes de recherche et de plus de 300 associations. L'association intervient en France métropolitaine et dans les DOM-TOM ainsi que dans 20 pays en développement situés essentiellement en Afrique subsaharienne.

Pour recueillir les fonds nécessaires à la mise en oeuvre des programmes, Sidaction organise des opérations d'appel à la générosité publique.
L'association ne bénéficie d'aucune subvention de l'Etat, son activité repose entièrement sur la générosité de ses donateurs et sur le soutien de ses partenaires. Les opérations de collecte de Sidaction sont organisées de façon à respecter la règle de redistribution inscrite dans ses statuts : 50% des fonds recueillis dans l'année permettent de soutenir les programmes de recherche fondamentale, appliquée, clinique et en sciences sociales. 50% sont destinés aux programmes associatifs de prévention et d'aide aux personnes touchées par le VIH et à leurs proches.

La distribution de ces fonds repose sur une organisation très stricte comprenant quatre comités d'experts : le Comité Associatif Sida, le Comité International et le Comité Scientifique et Médical Sida. Enfin, le contrôle de l'utilisation des fonds alloués aux équipes de recherche et aux associations fait partie intégrante de la mission de l'association.  

Créée en 1994 pour organiser le 1er Sidaction, Sidaction est issue de l'union des chercheurs, des soignants et des associations de lutte contre le sida.


Ainsi son Conseil d'Administration est composé pour moitié de cliniciens et de chercheurs fondamentalistes et pour moitié de représentants des associations.


Lieu unique de réflexion et de rencontre entre les différents acteurs de la lutte contre le sida, Sidaction a pour mission de collecter les fonds nécessaires au développement des programmes de prévention, d'aide aux malades et de recherche menés partout en France métropolitaine et dans les DOM-TOM.
Elle agit également dans 20 pays en développement.


Pour mener à bien cette mission elle s'est entourée d'experts (spécialistes de la prévention, de l'action sociale, de l'hébergement, cherceurs cliniciens et fondamentalistes, chercheurs en sciences sociales) qui siègent bénévolement dans les trois comités de l'association pour étudier et sélectionner les programmes à financer, en fonction de l'urgence de l'épidémie et de leur adéquation aux besoins des malades.

L'utilisation des dons

"Depuis sa création en 1994, l'association a collecté plus de 108 millions d'euros (710,8 millions de francs).
1660 programmes d'information, de prévention et d'aide aux malades ont été financés.
671 bourses et 640 subventions de recherche fondamentale, clinique ou en sciences sociales ont été allouées."

Le Conseil d'Administration de Sidaction définit chaque année des axes de financement en fonction des besoins des personnes touchées par le VIH, de l'évolution de la situation épidémiologique et de l'avancement de la recherche. Les dons collectés par l'association sont utilisés dans le respect de ces axes.

Le contrôle de l'utilisation des fonds

Sidaction intègre dans sa mission le contrôle de la bonne utilisation des fonds collectés grâce à la générosité de ses donateurs. Les associations et les équipes de recherche soutenues par Sidaction ont l'obligation de rendre compte de l'utilisation de leurs subventions. Cette obligation est inscrite dans la convention établie avec chacune des structures financées, qui font donc parvenir chaque année à Sidaction, l'ensemble de leurs comptes ainsi qu'un bilan détaillé de la mise en place de leurs programmes.

Par ailleurs, le Conseil d'Administration de Sidaction confie à un cabinet d'audit indépendant des missions de contrôle. Chaque année ce cabinet se rend dans les associations et les laboratoires de recherche.

Enfin, le contrôle de l'utilisation des fonds alloués aux associations financées est renforcé par le travail de trois équipes de bénévoles, composées de professionnels de la gestion et de la comptabilité, en exercice ou en retraite.